Programme dépistage de la dysplasie de hanches

Fleche-precedent

Améliorer la pratique du dépistage de la dysplasie de hanches chez les nourrissons de 0 à 12 mois en cabinet de pédiatrie libérale

Programme n° en attente (7 heures de DPC)

La luxation de hanches qui concerne tous les enfants d’une tranche d’âge soit environ 800 000 naissances chaque année en France, peut être considéré comme un problème de santé publique. Cette affection concerne 1% d’une tranche d’âge et 450 enfants par an environ sont atteints d‘une forme grave nécessitant hospitalisation ou chirurgie et les formes découvertes tardivement sont en augmentation. Le dépistage est donc indispensable chez tous les nourrissons de 0 à 12 mois vus en cabinet.   La priorité de l’examen clinique bien fait, ainsi que l’indication raisonnée des examens complémentaires est capitale,


-    pour éviter les complications individuelles liées à une mauvaise prise en charge initiale.
-    pour éviter les examens complémentaires inutiles et leur coût pour la société.
-    pour traiter au mieux et au plus vite les enfants qui le nécessitent.


Cette action de DPC sous forme d’audit clinique ciblé se déroule en 3 phases :

  • Une réunion présentielle avec un expert pour une mise au point sur la dysplasie de hanches (examen clinique avec mannequin si possible)
  • un échange de pratiques et l’appropriation de la méthode du DPC et l’utilisation du site  ;
  • puis une période d’audit au cabinet sur 2 séries de 15 dossiers de nourrissons entre 0 et 12 mois vus avant et après la première réunion en utilisant le site DPC de l’AFPA  avec lecture de la bibliographie et enfin une troisième phase de restitution des résultats avec mise en place d’actions d’améliorations.

Responsable : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Programme ouvert aux salariés.

Voir les modalités sur le bulletin d'inscription.


POUR S'INSCRIRE


Haut de la page

Les téléchargements des documents en PDF sont disponibles pour les abonnés de la revue.

Pour vous connecter, cliquez ici