Enfants moins concernés par le SARS-Cov-2

Si les enfants sont habituellement porteurs et transmetteurs de virus dans la population, comme cela est constaté chaque année pour la grippe, les rhinovirus, les enterovirus, les premiers éléments indiquent qu’ils seraient moins transmetteurs du coronavirus. Les études de portage  par PCR naso-pharyngée retrouvent 3 à 5 fois moins de positivité que chez les adultes. Il semble que ce soient les adultes qui contaminent les enfants et non l’inverse.

On n’en connait pas les raisons, est-ce une protection due aux maladies saisonnières habituelles de l’enfance, une stimulation immunitaire particulière, une protection due aux autres coronavirus connus (4 types) rencontrés à cet âge.

Les enfants sont en règle peu symptomatiques de la maladie  Covid-19 que les adultes, leur part en hospitalisation est < 1% et s’ils sont hospitalisés leur durée de séjour est plus courte.

Ce sont ces éléments qui permettent d’envisager sans appréhension la réouverture progressive des écoles à compter du 11 mai 2020, permettant une immunisation progressive de cette tranche d’âge. Par contre il s’agira pour les adultes de maintenir strictement les mesures barrières et de distanciation sociale au moment de l’entrée et de la sortie de l’école.

Les mesures de confinement en vigueur depuis le 17 mars ont entrainé une réduction très importante de la pathologie infectieuse dans toutes les structures pédiatriques (cabinets de ville et services d’urgences pédiatriques). Toutefois il faut rester très vigilant afin de prendre en charge toute autre pathologie sans retard.

Pour information, consultez le point épidémiologique de Santé Publique France 9 avril 2020

Etude COVILLE

Etude en ville qui étudie la prévalence du portage du SARS–CoV2 chez l’enfant asymptomatique et pauci symptomatique, lancée depuis le 15 avril sur la région Ile De France,  il s’agit d’une étude de portage nasopharyngé et également test microméthode IgM et IgG chez 300 enfants témoins asymptomatiques et 300 enfants avec des symptômes (non graves).

Du fait des mesures de confinement, on s’attend à un portage du SARS-Cov-2 peu important, par contre l’augmentation attendue du portage avec la rentrée scolaire sera très importante à suivre afin de définir le degré d’immunisation progressive de la population.


Consultez nos fiches pratiques Covid-19

@PediatresAfpa