Cet article présente 4 cas cliniques que chaque pédiatre peut rencontrer lors de ses consultations. Ces cas cliniques sont analysés par les intervenants québécois et français de la table ronde « Parentalité ». Les diagnostics et les prises en charge évoqués sont proposés à travers le prisme de l’attachement. Beaucoup de points communs mais également quelques différences.

Histoire de Laura


Laura a 17 mois en janvier 2021 lorsque sa maman appelle au téléphone en pleurs. Au sortir d’une année de confinement, elles viennent de passer les fêtes de Noël dans la famille. La grand-mère paternelle qui travaille en crèche a sous-entendu que Laura aurait parfois un comportement bizarre qui lui rappelle des enfants autistes. Depuis la maman observe sans cesse sa fille et interprète chacune de ses réactions. Son inquiétude va grandissant. Laura est la troisième et dernière enfant de la fratrie. Un de ses deux frères est suivi pour une neurofibromatose. La petite a elle-même été opérée d’un volvulus au huitième jour de vie mais les suites ont été simples. Le couple parental semble stable ; la mère est à la maison et le père est présent. Laura est en nourrice deux matinées par semaine. Tout se passe bien. Jusque-là elle s’est développée normalement, sans signe d’alerte.

Que faut-il chercher à savoir ?


Tous les éléments de contexte et d’environnement ont un impact majeur et trop souvent négligé. Il est primordial de les explorer avant d’émettre l’hypothèse d’un développement atypique. Le médecin doit chercher à obtenir une vision la plus globale possible.

Il faut approfondir la connaissance du contexte de vie de l’enfant : comment cela se passe-t-il chez la nourrice, à la maison, chez la grand-mère ? Laura se comporte-t-elle différemment selon les milieux ? Quelle est la place de la grand-mère paternelle dans la famille ? Pourquoi la mère est-elle à ce point déstabilisée par les dires de cette grand-mère ? Comment cette maman vit-elle la maladie du frère ? Quel a été le vécu de l’opération précoce de Laura ?

L’interrogatoire révèle des bouleversements récents dans le contexte familial. Le papa a changé de travail ce qui a entraîné des périodes d’absence répétées de plusieurs jours et un déménagement. La grand-mère maternelle, très proche de sa fille et très présente dans la vie des enfants est décédée l’année précédente. La nourrice n’a pas noté de changement dans le comportement de la petite fille et n’est pas particulièrement inquiète.

Pou

Vous êtes intéressés par les articles de la revue Le Pédiatre ?
Abonnez-vous dès maintenant et accédez à tous nos articles ! s’abonner à partir de 80€/An

@PediatresAfpa