En septembre 2022 l’AFPA a organisé un congrès de pédiatrie ambulatoire à Montréal, avec pour objectif l’initiation d’un mouvement confraternel d’échanges de pratiques entre praticiens du monde francophone. La table ronde rapportée ici a réuni :
- le professeur Nicholas Brousseau, responsable de médecine sociale et préventive à l’Institut national de santé publique du Québec, Université Laval, également membre du Comité consultatif national sur l’immunisation (CCNI - responsable du calendrier vaccinal) ;
- le professeur Robert Cohen pédiatre, infectiologue au Centre hospitalier intercommunal de Créteil, membre d’Activ, président du Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP) et directeur scientifique du groupe d’expert Infovac – France ;
- le professeur Philippe Ovetchkine infectiologue pédiatrique, formé en France et exerçant actuellement à l’Hôpital Sainte Justine à Montréal ;
- le docteur François Vie le Sage, pédiatre infectiologue.

Ils ont pu croiser leurs regards et expériences concernant les recommandations vaccinales et de prise en charge des infections communautaires dans chacun des pays

Le Québec adopte un calendrier vaccinal light et inventif


D’après une communication du Pr Nicholas Brousseau

Au Québec, une démarche d’optimisation a été privilégiée avec un programme vaccinal qui tient compte de plusieurs critères : une bonne protection, un calendrier simplifié pour une bonne acceptabilité et une meilleure couverture vaccinale. Des recommandations hors homologation (AMM) ont été adoptées quand elles ont été jugées nécessaires. L’évaluation continue de l’impact épidémiologique du programme reste indispensable.

Le Québec a réfléchi son programme vaccinal en prenant en compte le contexte socio-économique, de sorte à obtenir le plus de bénéfices possibles avec la meilleure acceptabilité possible.

Pour chaque vaccin, le calendrier régulier de vaccination est établi selon les principes qui suivent.

  • Le vaccin est administré à l’âge où le risque d’attraper la maladie est le plus important.

  • Le vaccin est efficace à l’âge auquel il est administré.

  • Le nombre de doses administrées doit entraîner une protection à court terme.

  • Le vaccin est administré à l’âge où il provoque le moins de symptômes.

  • La nécessité et le moment d’administrer des doses additi

Vous êtes intéressés par les articles de la revue Le Pédiatre ?
Abonnez-vous dès maintenant et accédez à tous nos articles ! s’abonner à partir de 80€/An

@PediatresAfpa